Les érotiques d’Ipoustéguy

du 19 sept. au 18 déc.
exposition
17
ans

Vénus allongée, couples unis dans d’improbables positions, formes suggestives inspirées de fresques érotiques découvertes sur des temples indiens … l’artiste déclare mettre de « l’humour dans ses représentations sexuelles pour leur ôter tout caractère pornographique ».

Ses représentations de fleurs, de plantes en forme de sexes féminins ou masculins nous contraignent à reconnaître que, par-delà un usage poétique un peu mièvre, la fleur ouverte exhibe crûment ses organes reproducteurs. Sa série de gants et alvéoles en marbre nous invite à braver l’interdit suprême posé dans les musées par les conservateurs sévères : toucher les sculptures, explorer avec les mains et les doigts les plis et replis du marbre.

D’une grande simplicité et détermination, les dessins nous mettent en face de scènes d’accouplement, mais sans vulgarité aucune, tant le trait semble précis et sûr de lui. Quant aux fusains ils mettent en évidence la maîtrise technique impressionnante
de l’artiste tandis que les aquarelles naïves semblent retrouver la grande liberté de l’enfance.

Téléchargez le livret d’exposition

L’acb est l’un des partenaires du festival Ipoustéguy, organisé par la Direction de la Culture et du Patrimoine du Département de la Meuse à l’occasion du centenaire de la naissance du sculpteur Jean Robert Ipoustéguy, originaire de Dun-sur-Meuse (1920 – 2006).

↝ Assistez aussi au colloque mardi 29 septembre à 13h30 au théâtre.

Tous les événements : www.ipousteguy.com

entrée libre du lundi au samedi 10h - 12h30, 14h - 18h (fermeture à 17h à partir de nov.) visites guidées sur rendez-vous déconseillée aux - de 16 ans Georgie - aquarelle en couleur - 1994 - coll. Ipousteguy / crédit photo Nicolas Leblanc, Département de la Meuse, © ADAGP Paris